Parler en pleine conscience

 

Avez vous remarqué que (très ?) souvent, lorsque nous parlons, nous sommes entrainés par certains automatismes, qui font que l’on se retrouve à argumenter plus que de besoin, à se répéter ou se perdre dans des détails, voire à s’écouter parler …
Il se peut même qu’à l’évocation de ce que dit un interlocuteur, nous l’interrompions avant même qu’il ne finisse sa phrase/son argumentation/son histoire, entrainés par une idée ou une émotion.

Alors cette semaine je vous propose comme #petitepratique celle de parler en pleine conscience … quand vous le pouvez, quand vous vous en souvenez.
En effet, cette pratique est loin d’être évidente tellement notre pilote automatique s’enclenche lorsque nous sommes en relation avec d’autres personnes.
Il s’agit de résister à l’envie de couper la parole à celui/celle qui nous parle, de résister à tout bavardage futile et parler « juste », juste assez pour être écouté ou entendu.

Cette #petitepratique peut se coupler suite à celle consistant à écouter en pleine conscience que vous pouvez retrouver dans un précédent post.