En marche !

 

Comme vous pouvez le voir sur mes posts Facebook et Instragram (@reconnectwithmarianne), j’aime marcher.

Je marche en ville, je marche quand je suis en vacances, je marche quand je suis en formation, je marche quand je suis en retraite de méditation …

J’aime cette mise en mouvement, le fait de mettre un pied devant l’autre de manière répétée, le rythme de la marche, la possibilité qu’elle offre d’aller à la découverte de ce qui m’entoure (et son caractère écologique et naturelle) …

Quand je marche, j’aime me perdre, j’aime retrouver mon chemin, j’aime changer de voie, j’aime explorer … un peu comme j’avance dans la vie !

 

La marche apporte de nombreux bénéfices, tant sur le plan physique que sur le plan psychique.

Étant simple, accessible partout, non polluante, et gratuite, la marche est facile à ajouter à nos activités quotidiennes.

Les bienfaits de la marche au plan physique

Comme on le sait maintenant, tout comme il faut manger cinq fruits et légumes par jour, il faut faire au moins 10 000 pas par jour pour se maintenir en bonne santé.

 

Tout d’abord, parce que la marche met en jeu le système cardiovasculaire. Ainsi, marcher agit directement sur le taux de cholestérol et la régulation de la glycémie.

Ensuite, parce que la marche stimule la circulation sanguine dans les membres inférieurs et renforce le muscle cardiaque. À un rythme soutenu, le système respiratoire travaille également plus et se trouve renforcé.

La marche participe également au renforcement musculaire, surtout des cuisses et des fessiers, mais également de la sangle abdominale qui est également mobilisée par cette activité.

Par ailleurs la marche n’est pas traumatisante pour les articulations (sauf problèmes particuliers).

Les bienfaits de la marche aux plans mental et émotionnel

Par l’amplification de la respiration qu’elle déclenche, la marche permet une oxygénation propice à générer le calme intérieur et l’équilibre cérébral.

 

Récemment, on a aussi mis en évidence ses pouvoirs contre la dépression : 30 minutes de marche par jour ont les mêmes effets sur le cerveau qu’un comprimé d’antidépresseur au bout d’une semaine.

 Cela s’explique facilement : marcher atténue les sentiments négatifs et la rumination mentale. Le rythme soutenu d’un pied devant l’autre, surtout dans des environnements naturels, apaise nos émotions. De plus, le fait d’avancer pas à pas, créé du temps pour retrouver un dialogue intérieur et, tout en avançant, pour associer, émettre des hypothèses, peser le pour et le contre d’une décision, voire laisser divaguer nos pensées pour qu’elles soient fécondes.

 

La marche favorise également notre capacité d’attention et fait émerger notre créativité. « Le seul mouvement de la marche renforce notre concentration. Nos réflexions aussi changent de nature » explique Valérie Germain, psychologue clinicienne.

Marcher dans la nature

La vie citadine, avec ses nombreuses sollicitations visuelles, auditives … a tendance à augmenter notre niveau de stress. On est toujours pris par quelque chose qui monopolise notre attention. La ville est donc un environnement dans lequel il est peut-être moins facile d’arriver à se poser, et d’être dans la perception des sensations de manière calme.

C’est pour cela que marcher dans la nature est bien plus bénéfique (quand on en a la possibilité).

 

Quand on marche en pleine nature ou en forêt on s’éloigne de la sursollicitation du quotidien. Notre attention en est à la fois plus large et moins dispersée.

 

Par ailleurs, les bienfaits de la nature sont de plus en plus avérés : estime de soi, bonheur, créativité, relaxation... Elle favorise même la production d’ondes apaisantes par notre cerveau.

 

La palme revient aux promenades en forêt, qui proposent un contexte très immersif.

Le fait d’être physiquement à son contact décuple ses effets bénéfiques : les couleurs, les odeurs d’humus, le bruit des oiseaux, le craquement des feuilles, le bruit du vent dans les arbres dont on peut toucher l’écorce … Pas besoin de quelque chose de spectaculaire, plutôt de moments sensoriels qui s’inscrivent durablement en nous et vont produire des effets aussi variés que puissants.

Marcher pieds nus

A défaut de pouvoir marcher en forêt, on peut renouer avec la nature en marchant pieds nus par terre, en ayant la sensation directe du sol sous ses pieds.

 

De nombreuses terminaisons nerveuses se trouvent sous les pieds. Elles sont sollicitées lors du contact direct avec le sol, qu’il soit en terre, en herbe, en bois, ou encore en béton. Ainsi marcher pieds nus, sans porter des chaussures qui nous tiennent les pieds, permet de :

  • se charger en énergie. On parle ici du système énergétique largement mis en avant dans la médecine chinoise et qui irrigue nos organes à travers les méridiens (ou canaux énergétiques),
  • faire travailler tous les muscles du pied
  • et de profiter de tous les autres bienfaits de la marche.

Marcher et méditer

Enfin, on peut aussi marcher pour méditer ou méditer en marchant !

 

« La marche est une méditation en mouvement, selon Pierre-Yves Brissiaud. Par la rupture avec notre quotidien, par la régularité de ce mouvement répétitif, un pied devant l’autre, et par la respiration qu’elle instaure, elle nous fait entrer en méditation plus facilement. »

 

Lors de marche méditative, on peut, comme dans toutes les méditations en pleine conscience, s’attacher à mettre son attention sur son ressenti corporel, sur son environnement sonore ou visuel, sur ses pensées …

Pour en savoir plus sur la marche méditative, voir mon article de blog sur le sujet, accessible ici.

 

Alors … il n’y a plus rien d’autre à faire maintenant que de se mettre … en marche !