Faire la queue

 

Comme beaucoup de gens, je n'aime pas faire la queue.

Il y a longtemps, lorsque je ne pratiquais pas la pleine conscience, je pouvais montrer ostensiblement des signes d'agacement dès lors que je me trouvais dans une file d'attente, comme à la poste :

tensions des muscles, bras croisés, soupirs,

envie de trépigner voire d'"étrangler" la personne qui, arrivée au guichet, cherche sa pièce d'identité dans ses papiers pour retirer un recommandé "alors-que-ça-fait-10 minutes qu'elle-attend-non-mais-franchement",

avec toutes les pensées et les jugement qui vont avec !!

 

Et voilà ce que m'a apporté la pleine conscience dans ce genre de situation.

Tout d'abord, je dois avouer que l'impatience me saisit bien moins souvent maintenant que je pratique depuis des années.

Mais il reste quand même des circonstances où l'agacement vient à ma rencontre pendant quelques instants : lorsque la file d'attente est très longue et n'avance pas, lorsque j'ai un rendez vous après et que je suis pressée ...

 

Voilà comment la pleine présence m'aide.

Tout d'abord, elle me permet de prendre conscience de toutes les tensions qui commencent à apparaître dans mon corps :

mâchoires qui se serrent, épaules qui se relèvent, ventre qui se contracte, respiration qui  s'accélère et devient haute, envie de bouger ... Même si ces sensations sont subtiles, elles peuvent poindre le bout de leur nez et la pleine conscience me permet de tout de suite les détecter.

Commencent à arriver également des pensées d'agacement, de jugement ...

 

La pleine conscience m'aide rapidement à détecter tous ses signaux faibles (ou forts ... en fonction des circonstances) et à débrancher ce mode "pilotage automatique", à ouvrir un espace où une autre façon de faire devient possible.

 

Je peux d'abord m'amuser à la prise de conscience de mon bon vieux mode "pilotage automatique".

Je peux ensuite décider que rien ne sert de se tendre, cela ne fera pas avancer la file d'attente plus vite.

Je peux alors détendre tout ce qui s'est tendu dans mon corps et mon esprit et en profiter pour faire une pause en pleine conscience :

- je prends alors conscience de la posture de mon corps, du contact de mes pieds sur le sol, du poids de corps

- je reprends contact avec ma respiration et les sensations que je perçois dans mon corps à l'inspiration puis à l'expiration,

- je m'ouvre ensuite à tous les sons qui arrivent à mes oreilles là où je me trouve, sans jugement, sans autre objectif que d'être consciente de l'univers sonore dans lequel je suis à ce moment là.

 

Et là, tout redevient calme en moi et je me réjouis de ce moment que je m'offre pour pratiquer la pleine conscience plutôt que de sortir mon smartphone pour être en "pleine absence" ...

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0