Mini-retraite de méditation, mode d’emploi

 

Hyperconnexion, performance, efficacité, objectifs, to-do lists … Voilà des mots qui décrivent bien souvent notre quotidien.
S’installe alors un certain niveau de stress …

Certes, ce stress nous permet d’enchainer nos activités et de réaliser les objectifs que nous nous fixons, mais la limite entre cette tension permanente et le stress chronique peut devenir très fine, voire poreuse … même quand on médite régulièrement.

Il peut alors être bon de s’organiser des mini-retraites chez soi,  une demi-journée (une journée entière quand c’est possible) durant laquelle on prend le temps “d’être” et de sortir du mode “faire”.

Voici quelques ingrédients pour faire cette “mini-retraite” :

  • prévoir au moins deux heures ou une demi-journée, un jour de week end ou un jour de congé ;
  • pas besoin d’aller loin : rester chez soi, dans une pièce calme et confortable (avec des coussins, des bougies … tout ce qui participe à notre bien-être), en pyjama si on le souhaite !
  • bien entendu, écarter téléphones, tablettes, ordinateurs … tout ce qui est susceptible de troubler notre engagement à consacrer ce temps pour nous ;
  • passer la première heure à une méditation assise, sans se fixer un quelconque objectif, laissant aller et venir toutes les pensées qui apparaissent, s’ancrant juste dans l’assise, dans le corps, le poids du corps … Petit à petit, le calme mental peut venir … ou pas. Laisser faire ce dont le mental a besoin ;
  • puis s’allonger et faire une méditation dans cette position ou un scan corporel. En cas de plongée dans un demi-sommeil ou un sommeil profond, accueillir cela avec bienveillance. Si cela arrive, c’est que le corps doit en avoir besoin ... Et cette mini-retraite est faite pour prendre soin de soi !
  • reprendre ensuite une position assise pour faire une méditation de conscience ouverte,
  • puis se relever doucement et rester quelques minutes debout, dans la conscience de son corps, à la vertical, respirant ;
  • terminer par une marche méditative pour refaire circuler l’énergie, se remettre en mouvement et doucement transitionner vers la fin de la  mini-retraite.

Ces périodes de mini-retraites permettent de ré-ancrer notre pratique de la pleine conscience et de la méditation pour qu’elle ne soit plus seulement une ligne de plus sur notre "to-do" liste de la journée mais véritablement un moment où l’on cultive notre présence de manière bienveillante à nos expérience, à ce qui nous entoure ...
pour, petit à petit, contribuer peut être ainsi à changer le monde …