S'attarder ...

Dans les “petites pratiques” que suggère à mes clients/participants d’expérimenter dans leur vie quotidienne il y a celle de “s’attarder”.

En voulant en dire quelques mots aujourd’hui dans mon blog, je suis allée chercher la définition officielle de ce verbe dans le Dictionnaire Larousse.
Voilà ce que j’ai trouvé :
S’attarder :
Se mettre en retard : La nuit tombe, ne nous attardons pas.
Rester quelque part plus longtemps que prévu : S'attarder chez des amis.

Et me voilà bien déçue de découvrir tant d’aspects négatifs dans ce verbe en y trouvant la notion de “retard”, “plus longtemps que prévu”. Il y a là quelque chose qui relève de la perte de temps, de retard qu’il va falloir rattraper (au prix de stress ?), du dépassement d’un horaire prévu.

Alors que dans ma pratique de la pleine conscience au quotidien, je vois dans “s’attarder” le fait de profiter au maximum du moment présent, comme  si on voulait l’étirer, ne pas en perdre une miette et d’être attentif aux transitions entre nos différentes occupations dans une journée, comme un fondu enchainé entre deux images.
Par exemple :
- s’attarder au lit le matin, le temps de quelques respirations bien amples et de ressentir toutes les sensations qui émergent alors ;
- s’attarder quelques instants dans un rayon de soleil pour prendre plaisir à sentir la chaleur sur son visage, son corps … avant de reprendre son chemin ;
- prendre son temps à la fin d’une réunion au travail et prendre conscience de la pièce qui se vide de ses participants, des gestes que l’on fait pour ramasser les affaires qu’on a apportées puis se lever … avant de continuer sa journée de travail ;
- s’attarder sur le goût de l’expresso en fin de repas … avant de repartir à ses activités ;
- s’attarder à regarder tout ce que l’on voit au travers du pare-brise de sa voiture avant de la démarrer pour aller au travail ou rentrer chez soi, comme s’il s’agissait d’un écran de cinéma et prendre conscience de tout ce qui se déploie dans notre champ de vision, avant de reprendre sa route ...
Rien qui ne mette en retard ou qui crée du stress, bien au contraire !

 

Car le moment présent est le seul dont nous disposons.

Alors ne le gâchons pas, ne le précipitons pas … mais attardons nous y, en pleine conscience

pour se re-connecter à soi et, petit à petit, contribuer à changer le monde !

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0