· 

L'acceptation ... Mais de quoi parle t-on ?

 

"On ne peut quitter un endroit où l'on n'a jamais accepté d'arriver, et on ne peut se libérer d'une souffrance qu'on n'a jamais accepté de reconnaître".

Christophe André

 

L'acceptation consiste à accueillir ce qui nous arrive avec le plus de neutralité possible, c'est à dire avec pleine conscience, pour pouvoir ensuite apporter une réponse adéquat.

C'est le contraire des modes de fonctionnements habituels que l'on peut avoir et qui consistent à ignorer ou repousser une situation que l'on qualifie de désagréable ou à y réagir de manière automatique mais pas forcément appropriée ou proportionnée.

Accueillir

L'acceptation passe d'abord,  dans un premier temps, par l'accueil de ce qui nous arrive, que ce soit agréable ou désagréable. Parce qu'on n'a pas toujours le choix et surtout, parce que c'est déjà là !

Fulminer ou refuser une situation qui nous arrive et sur laquelle on n'a pas forcément prise, ce n'est jamais que de l'énergie négative que l'on retourne contre soi.

 

Accueillir avec neutralité

L'acceptation consiste en un accueil neutre ou aussi neutre que possible.

En mode "pilotage automatique" nous portons un jugement sur tout : bien/pas bien, bon/mauvais, agréable/désagréable et réagissons en fonction de cette qualification : si l'expérience est étiquetée "bien", nous en voulons encore ou plus ; si l'expérience est étiquetée comme "mauvaise" nous la rejetons. Et cet étiquetage dépend de notre façon d'interpréter le monde, de nos biais cognitif, etc.

Accueillir en pleine conscience ne veut pas dire que nous devons aimer ce qui nous arrive ou subir passivement la situation ;  accueillir consiste en suspendre cet automatisme de jugement et de réaction que nous avons et à envisager les choses avec curiosité, ne serait-ce qu'un instant de raison, pour pouvoir ensuite répondre de manière adaptée.

Répondre

Une fois que notre mode "pilotage automatique" est débranché, nous ne sommes plus dans la réaction mais dans la réponse.

En accueillant la situation avec neutralité, nous nous offrons la capacité de lâcher-prise d'un mode de fonctionnement qui peut nous desservir pour prendre un peu de recul et apporter une réponse adequat, réfléchie, consciente quoi !

Et tout cela pour son propre bénéfice et celui de ceux qui nous entoure.

 

Comme le disait Viktor Frankl : "Entre le stimulus et la réponse il y a un espace ... Dans cet espace est notre pouvoir de choisir notre réponse. Dans notre réponse résident notre croissance et notre liberté."

L'entrainement par la méditation

Accueillir ce qui se passe en nous et autour de nous pour se défaire de nos automatismes demande de l’entrainement, de la répétition. Et c’est cet entrainement, ces répétitions que que nous faisons durant nos périodes de méditation en accueillant tout ce qui nous arrive pendant  ces périodes qui peuvent sembler simples et tranquilles en apparence. Nous nous entraînons à accueillir les tensions que l'on peut détecter dans notre corps immobile, les bruits qui peuvent venir troubler notre pratique, les pensées qui immanquablement surgissent alors qu'on ne rêve que de trouver le bouton "off" de notre radio mentale ...

 

Nous musclons ainsi notre capacité à accueillir puis à répondre pour mieux l'utiliser dans notre quotidien.