· 

Astuces pour passer des fêtes de fin d'année en pleine conscience

 

Durant cette période de fêtes, nous pouvons être pris.e dans un engrenage stressant de choses à faire, de cadeaux à acheter, de réveillons à organiser, de susceptibilité à ménager.

Alors plus que jamais, il devient impératif de se poser, de revenir à ce qui compte vraiment en amenant de la pleine conscience à ce que nous faisons.

 

La pleine conscience nous redonne une liberté de choix, une possibilité d’apporter une réponse appropriée à chaque situation plutôt que de se laisser embarquer dans une spirale infernale. Elle nous permet ainsi de retrouver un peu de sérénité, de calme et de joie, pour nous et pour les autres !

 

Voilà quelques suggestions.

Amener de la pleine conscience à notre expérience immédiate

Lorsqu'on s'aperçoit que notre mental nous emmène dans des scénarios stressants ou provoque des émotions désagréables, nous pouvons redevenir présent.e à ce qui nous entoure grâce à nos sens et amener de la pleine conscience à notre expérience.

Avec le sens de la vue

Nous pouvons tourner notre attention vers les couleurs et les lumières qui ne manquent pas en cette période de l'année : les guirlandes, les décorations, les papiers cadeaux. 

On peut chercher des détails, chercher tout ce qui est d'une couleur en particulier, ou chercher des yeux ce qui nous procure du plaisir à regarder : le feu dans la cheminée, la neige par la fenêtre, la table joliment dressée, cette décoration achetée à une occasion particulière.

On peut également être présent aux lumières du jour quand il se lève et quand il se couche et réaliser que bientôt les journées rallongent ...

Avec le sens de l'odorat

Il y a souvent odeurs qui évoquent les fêtes de fin d'année comme celle du sapin, des épices (cannelle, clou de girofle), des clémentines, du chocolat.

Alors quand nous buvons un thé de noël ou épluchons une clémentine, nous pouvons prendre un temps pour amener notre attention aux senteurs qui s'en dégagent sans rien faire d'autre. Jusque ça, pendant quelques instants.

Avec le sens de l'ouïe

Nous pouvons également devenir présent à tous les sons qui parviennent à nos oreilles. 

Il y en a de toutes sortes : celui du vent qui souffle, de la neige qui crisse sous les pas ou du feu qui crépite dans la cheminée. Et puis il y a tous les bruits spécifiques à la période : celui des chants de noël et, lorsque nous sommes réunis à plusieurs, celui des conversations.

On peut devenir attentif à cet univers sonore, sans forcément vouloir entendre un bruit, une mélodie ou des paroles plutôt que d'autres, mais juste en laissant les sons être perçus par notre conscience.

Avec le sens du toucher

Il s’agit d'amener de l'attention à tout ce qui peut être ressenti avec cet organe tactile qu'est notre peau, au niveau des mains ou d'autres parties du corps.

Ça peut être le contact de la couverture sous laquelle on s'est emmitoufflé.e dans le canapé, la chaleur du radiateur devant lequel on se met ou le froid du vent dehors sur nos joues.

Ça peut être la sensation de contact de la tasse de boisson, des coquilles d'huîtres, des guirlandes et autres décorations sous nos doigts.

Avec le sens du goût

Les propositions de goûts différents ne manquent pas en cette période de l'année et de repas festifs.

Plutôt que de manger avec avidité, en pensant à autre chose ou trop rapidement ce qui est servi sur la table, pouvons nous apporter de la pleine conscience à tous ces goûts que la diversité des aliments et plats nous proposent : que ce soit du salé, du sucré, des boissons ... prenons le temps de savourer et d'être pleinement conscient de ce que nous mangeons. 

Il se peut que nous trouvions les aliments meilleurs, plus satisfaisant et que, du coup, nous soyons moins tenté.e.s de nous resservir encore une fois !

Amener de la pleine conscience lors de nos échanges avec les autres

Lorsque nous sommes réunis pour les festivités de fin d'année, les conversations vont bon train. Chacun a quelque chose à dire, veut faire valoir son point de vue et partager son expérience.

Nous pouvons alors cette tendance à ne pas écouter jusqu'au bout, à juger, à interrompre, à vouloir convaincre ou ramener l'histoire à soi !

La proposition d'amener de la pleine conscience à ces échanges consiste à écouter vraiment et parler sagement.

Vous verrez, il y a de grandes chances que les conversations soient plus apaisées.

Ecouter vraiment

Écouter vraiment, c'est-à-dire laisser son interlocuteur terminer ce qu'il est en train de dire (ne pas l'interrompre ou terminer ses phrases !) et l'écouter sans rien vouloir d'autre que de l'écouter (et non pas de répondre) !

Cette écoute permet à l'interlocuteur d'être entendu jusqu'au bout. Elle permet également de nous rendre compte à quel point nous pouvons être pris dans des schémas de réactivité lorsque nous sommes engagés dans une conversation, comme se mettre à penser à autre chose, préparer une réponse, s'impatienter à juger, à s'agiter ...

Parler sagement

Parler sagement, c'est-à-dire parler « juste », juste assez pour être écouté.e ou entendu.e, sans argumenter plus que de besoin, se répéter ou se perdre dans des détails, voire à s’écouter parler …

Parler sagement peut également consister à parler sans jugement, avec bienveillance, avec ouverture d'esprit, sans vouloir convaincre.

Cela veut également dire savoir s'arrêter de parler lorsque ce n'est plus nécessaire !

Plus généralement

L'intention est d'avoir des attentes réalistes envers soi et envers les autres. 

Non, rien ne sera parfait, ni vous, ni moi, ni les autres autres. Alors revoyons nos objectifs peutêtre à la baisse et concentrons-nous à être bienveillant.e envers nous-même et les autres. 

 

Pratiquons aussi la gratitude envers ce que nous avons, voyons le bon côté des choses et des autres, saisissons nous des petites propositions de réjouissances qui se présentent régulièrement et prenons une pause pour les savourer.

 

Et déconnectons nous de nos outils digitaux le temps que nous passons avec les autres pour être pleinement là, maintenant !

Écrire commentaire

Commentaires: 0