· 

Fondement de la pleine conscience n°7 : la lâcher-prise

Le lâcher-prise, c'est quoi ?

 

“Il y a, dit-on en Inde, une façon très intelligente d’attraper les singes.  L’histoire raconte que les chasseurs font dans une noix de coco un trou dont la taille permet à un singe d’y passer juste la main. Puis ils forent deux trous plus petits à l’autre bout, y font passer un câble et fixent la noix de coco à la base d’un arbre. Ils glissent ensuite une banane dans la noix de coco et se cachent. Le singe descend, passe la main dans le trou et attrape la banane. Le trou est taillé pour y laisser entrer une main ouverte, mais pas pour en laisser sortir un poing fermé. Pour être libre, il suffit au singe de lâcher la banane. Mais il s’avère que la plupart des singes ne lâchent pas prise.

Souvent, notre esprit nous tient captif d’une façon fort semblable, malgré toute notre intelligence. C’est pourquoi il est fondamental pour la pratique de la pleine conscience de cultiver l’attitude du lâcher-prise, du non-attachement.” Jon Kabat-Zinn, "Au cœur de la tourmente, la pleine conscience" (traduction Claude Maskens), De Boeck Supérieur, 2014 (2e édition).

 

Le lâcher-prise s’est donc l’acte de relâcher la tension que l’on met pour tenir quelque chose, pour s’y agripper.

On relâche la prise de l’objet en question !

Lâcher prise et activité mentale

Il nous arrive tous, plus ou moins souvent, de nous rétracter autour de pensées, d’émotions et de ne pas réussir à passer autre chose parce qu’involontairement notre attention s’agrippe à ses pensées ou émotions. C’est d’ailleurs ce qui crée de la tension, du stress.

 

Alors comment desserrer cette étreinte de ce sur quoi on s’est rétracté, comment lâcher prise de ces pensées ou émotions qui occupent tout l’espace ? 

 

Pour cela, nous devons d’abord identifier ce que nous “tenons”, ce sur quoi nous sommes rétractés. Sans cette première étape, lâcher prise est illusoire et ressemble à une injonction à la mode dont on ne voit pas bien comment l’appliquer.

 

Ensuite, nous devons apprendre à nous détacher de ce qui nous envahit de manière durable, et non pas de manière occasionnelle. L’intérêt du lâcher prise est de pouvoir, avec le temps, repérer rapidement ce que l’on retient pour tout aussi rapidement pouvoir s’en détacher, comme une seconde nature et ne plus laisser de place (ou moins) aux ruminations et autres pensées qui tournent en boucle.

Lâcher prise et pleine conscience

Pour ne pas rester  prisonniers de ces pensées, croyances et fonctionnements qui ne nous servent pas, nous avons régulièrement besoin de nous observer et de nous voir agrippés à notre friandise pour ensuite en lâcher prise !

 

C’est là que la pleine conscience et la méditation ont tout leur intérêt : plus nous nous entraînons à être présent à nous-même, à la façon dont nous entrons à relation avec ce qui nous arrive, plus nous avons la capacité à reconnaître ce qui nous arrive, à prendre du recul puis à lâcher prise de nos ruminations et autres modes de fonctionnement difficiles.

 

Comme un sportif qui s'entraîne ou comme un musicien qui fait ses gammes, chaque fois que nous nous asseyons en méditation, nous nous exerçons à repérer les fluctuations de notre mental, ces moments où il se rétracte autour d’un son, d’une pensée, d’une jugement puis à lâcher prise de toute cette activité mentale pour redevenir présent à toute notre expérience.

Nous nous entraînons à ne pas nous attacher aux productions de notre cerveau, à les voir apparaître, raconter une histoire et disparaître pour peu qu’on n’alimente pas l’histoire en question.

 

Cela demande de l’entraînement, de la répétition, du courage aussi quand il s’agit de prendre conscience de toutes ces histoires et opinions que peut émettre notre mental ! Mais c’est une véritable compétence que nous développons et à laquelle nous pouvons ensuite recourir dans notre quotidien, chaque fois que nous réalisons que nous sommes “en boucle”, bloqué dans un mode de fonctionnement qui ne nous convient pas.

Nous pouvons alors repérer que nous tournons en rond, décider de prendre du recul (ou de la hauteur) pour adopter une autre façon de faire.

 

Si cet article vous a convaincu et vous souhaitez “vous y mettre”, allez voir les prestations que je propose, il y a en forcément une qui vous conviendra !

Écrire commentaire

Commentaires: 0