· 

Comment mettre en place une routine de méditation ?

 

Si vous avez pris récemment la résolution de méditer tous les jours durant 5, 10 … ou 30 minutes (voir mon post : "quand et combien de temps méditer"), peut être allez-vous rencontrer quelques difficultés quant à la mise en application de cette résolution.

 

Mettre en place une routine ne se fait pas d’un claquement de doigts ou d’un seul acte de volonté, mais s’ancre dans la durée.

Souvenez-vous combien de fois vos parents vous ont rappelé de vous laver les dents/prendre une douche régulièrement avant que cela ne devienne un automatisme, une évidence, une nécessité …

Même chose pour une activité sportive : combien de fois nous sommes nous inscrit.e.s à un club de sport, une association … avant que pratiquer cette activité soit devenue une habitude, une évidence ? Certains d’entre nous sont peut-être même toujours en train de batailler pour se tenir à leur résolution de faire régulièrement du sport !

 

Alors comment mettre toutes les chances de son côté pour méditer vraiment tous les jours quand on l’a décidé ?

Prévoir un créneau horaire quotidien

Se fixer un moment précis dans la journée où l’on va méditer est le premier pas à effectuer. Ça peut être le matin, à la pause déjeuner (qui devient alors une pause déjeuner/méditation !) ou le soir … du moment que l’on prend rendez-vous avec soi, en quelque sorte.

 

Se dire « je vais méditer dès que j’ai un moment » est très souvent voué à l’échec : si on ne prend pas le temps délibérément de s’arrêter, le temps s’envole. Je pense que nous l’avons tous expérimenter. Les mêmes façons d’agir aboutissant aux mêmes résultats, autant ne pas se leurrer.

 

Un bon moyen de se tenir à notre engagement est de bloquer le moment que vous avez choisi pour méditer dans votre agenda. Et si jamais, vous vous apercevez qu’un jour, ce moment est pris par une autre activité, bloquez-en un autre.

Par exemple, si vous avez décidé de méditer le matin dès le lever et qu’un jour vous êtes en déplacement ou que vous devez partir très tôt, examiner votre agenda et réservez-vous un autre moment à midi par exemple, ou dans le train …

 

Bref, faites-en sorte que vous preniez cet engagement de méditation comme si votre hygiène mentale en dépendait … parce que c’est le cas !

Avoir un endroit dédié

Avoir un coin méditation participe à la mise en œuvre de notre engagement de méditer tous les jours : parce qu’en aménageant un endroit pour notre méditation nous ancrons notre intention de nous tenir à notre engagement et parce que quand tout est déjà prêt, nous n’avons plus qu’à nous asseoir !

Nous pouvons nous faire plaisir et prendre soin de mettre de jolis coussins, une couverture moelleuse, un diffuseur de parfum, une plante …

 

Nous pouvons également rester pragmatique en utilisant notre chaise de bureau ou tout simplement notre lit.

Après tout, méditer doit rester une activité simple et accessible à tous et partout, quel que soit l’endroit, quel que soit le budget.

 

Au départ, veillez juste à être dans un endroit tranquille, en étant suffisamment couvert pour ne pas vous refroidir, où vous ne serez pas dérangé.e le temps de votre pratique.

Se fixer un temps sans distraction

Puisque la méditation est un entrainement de l’attention, autant s’éloigner des ordinateurs et smartphones émettant bruits et vibrations dès l’arrivée d’un message ou d’une notification. Ou alors mettez tous ces outils numériques en silencieux, ou mieux, en mode avion.

 

Décider également le temps que vous allez consacrer à votre méditation. Aucune durée n’est meilleure qu’une autre. Engagez-vous juste pour une durée, même de 5 minutes. Et voyez ce qui se passe …

 

Mettez un minuteur (de cuisine, de sport ou celui de votre smartphone si celui-ci est en mode avion !).

Vous n’avez ainsi plus à vous soucier du temps qui passe, d’ouvrir les yeux pour savoir combien de temps il reste … et de vous laisser alors emporter par des pensées et émotions sur le temps qui passe trop vite, trop lentement … etc.

 

Vous pouvez même prévoir un rappel à la moitié du temps que vous vous êtes fixé, si vous craignez de trouver le temps long : vous aurez ainsi un repère du temps qui passe et ce son à mi-parcours pourra même constituer un rappel à la pleine conscience si tout à coup, vous vous apercevez que vous êtes laissé.e emporter par du bavardage mental.

Formuler une intention

Commencer chaque méditation avec une intention précise peut être soutenant pour la pratique.

Vous pouvez ainsi décider que durant votre pratique vous allez vous centrer sur la respiration, sur les sensations du corps, les sons, ou rester dans une conscience ouverte, ou cultiver la bienveillance …

 

L’intention sert de guide à la pratique et permet de s’y tenir. En effet, plutôt que de s’asseoir et de commencer à ressentir la respiration puis se mettre à l’écoute des sons, de regarder ses pensées puis revenir à ses sensations corporelles, un peu au hasard, autant vous donner une direction, un fil conducteur.

 

L’intention que vous vous donnez en début de méditation permet également, à chaque fois que vous prenez conscience pour vous êtes parti.e. dans vos pensées, de savoir vers quoi revenir plutôt que de continuer vos errances mentales.

Rejoindre un groupe

Comme je l’ai développé dans un article précédent, rejoindre un groupe de méditation pour pratiquer ensemble permet de bénéficier de l’entrainement du groupe, de progresser, d’apprendre ensemble et de maintenir sa motivation, son engagement.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

 

Alors, on s’y met quand ?

Écrire commentaire

Commentaires: 0