· 

Ce que la méditation n'est pas (contre les 6 idées reçues les plus communément répandues!)

 

Avant de commencer sur ce que la méditation de pleine conscience "n'est pas", il peut être utile de rappeler ce qu'elle "est" !

 

Tout d’abord, qu’est ce que la pleine conscience ?

La pleine conscience c’est un état de conscience ouverte, non-réactive, où nous sommes capables de percevoir ce qui passe en nous et autour de nous au moment où cela se passe.

C’est le contraire de notre mode « pilotage automatique » où notre mental nous entraine dans le passé, dans le futur, dans des constructions mentales diverses, où nos émotions nous envahissent et nous submergent, sans que nous puissions lâcher prise.

 

Et la méditation de pleine conscience, c’est quoi ?

La méditation c'est l'entraînement à être en pleine conscience, à débrancher notre mode "pilote automatique", à lâcher prise.

Tout comme nous nous entrainons pour une activité physique pour devenir plus fort, plus souple, plus endurant dans notre quotidien... nous nous entrainons à être en pleine présence pour être plus serein, avoir plus de recul et être moins envahi par nos pensées, nos émotions, dans notre quotidien.

La méditation c'est donc l'entrainement de l’esprit qui consiste à porter son attention sur l’instant présent, avec curiosité et persévérance.

La méditation, ce n'est pas de la relaxation

Quand nous tournons notre attention à nous et prenons conscience de se qui se passe en nous et autour de nous, ce que nous allons trouver peut ne pas être relaxant (du tout !), surtout lorsque nous traversons une période difficile.

 

Cependant, au fur et à mesure que nous nous entrainons avec la méditation, nous apprenons sur nous même, sur la façon dont notre « pilote automatique » se met en marche ou fonctionne, sur la façon dont nous entrons en relation avec les événements de la vie.

En apprenons sur nous-même, nous devenons moins réactifs, nous repérons nos schémas de pensées, l’arrivée d’une émotion …

La pleine conscience permet de débrancher le mode pilotage automatique de plus en plus rapidement, quand c’est nécessaire … c’est-à-dire quand ce mode de fonctionnement ne nous est pas utile voire nous faire souffrir.

La méditation, ce n'est pas une religion

Bien que la pleine conscience soit pratiquée par les moines et moniales bouddhistes depuis plus de deux mille cinq cents ans et dans le cadre d’autres religions, c’est d’abord un outil de régulation attentionnelle et émotionnelle, au-delà de toute forme de croyance.

En effet, toute activité intentionnelle entrainant l’attention à ce que l’on ressent moment après moment est un exercice de pleine conscience. On peut la pratiquer dans le cadre d’une religion ou non.

La psychologie scientifique moderne la considère comme un facteur développement personnel et d’amélioration du bien-être.

La méditation, ça ne modifie pas la vie en elle-même

La pleine conscience ne change rien à la vie et au fait qu’elle nous met face à des événements agréables et désagréables.

La pleine conscience consiste à entrer intimement en contact avec ces événements pour décider comment y répondre plutôt que d’y réagir automatiquement ou de les ignorer.

En d’autres termes, la pleine conscience ne modifie pas ce qui nous arrive mais modifie la façon dont nous entrons en relation avec ce qui nous arrive.

La méditation, ce n'est pas "se vider l'esprit"

Et non … C’est une publicité mensongère que de faire croire que la méditation va nous permettre de ne plus penser à rien !

Notre cerveau produira toujours des pensées, car il est fait pour ça, c’est sa fonction de cerveau.

Ça ne nous viendrait pas à l’idée de vouloir arrêter notre cœur de battre. Alors cessons de vouloir arrêter notre cerveau de produire des pensées !

Un fois que l’on a intégré ça, on comprend que la pleine conscience nous permet de mieux comprendre le fonctionnement de notre esprit et de prendre du recul par rapport à ce fonctionnement.

On peut alors faire la paix avec nos pensées plutôt que de vouloir les supprimer.

La méditation, ce n'est pas difficile

Découvrir que notre esprit vagabonde sans cesse, ne doit pas être considéré comme une difficulté. Il est aussi dans la capacité de notre esprit de se rendre compte à un moment ou un autre qu’il vagabonde. Et c’est à ce moment-là que l’on devient pleinement conscient ... pleinement conscient de notre vagabondage mental, de notre pilotage automatique.

Il n’y a donc pas de méditation réussie ou ratée : il y a des méditations où nous prenons conscience que le mental est agité et des méditations où nous prenons conscience que notre mental peut se calmer. Cela dépend de notre entrainement, de notre journée, des événements ayant lieu dans notre vie …

La méditation, ça ne se pratique pas obligatoirement assis en tailleur sur un coussin

Beaucoup de gens pensent que la méditation se fait en étant assis en tailleur ou en lotus sur un coussin.

Or, en occident, beaucoup de personnes méditent assis sur une chaise, de la manière dont ils sont habitués à s’asseoir.

 

La méditation est une pratique attentionnelle qui n’est pas dépendante d’une posture, quoique lorsqu’on débute, il est plus soutenant d’être immobile dans une position stable et confortable.

Il existe également de nombreuses façons de méditer en mouvements.

Ainsi, on peut méditer en marchant. Les méditations marchées sont des pratiques que les gens pratiquent depuis des siècles.

On peut aussi méditer en mouvement. Le yoga est dans un certain sens aussi une forme de méditation.

De même, beaucoup de gens discutent de la possibilité de passer à l’état de flux ou de "flow" en faisant du sport. Tant que l’on porte son attention sur le moment même, c’est en quelque sorte une forme de méditation.

 

Ainsi, bien que les méditations assises aient beaucoup de valeur, pratiquer d’autres types de méditation peut être très enrichissant.