· 

Les 3 grandes catégories de méditation

 

 Quand on cherche sur Google « différents types de méditation », on trouve beaucoup d’articles et de résultats divers (comme souvent, quand on fait ce type de recherche !) : méditation vipassana, zen (ou zazen), tibétaine, sonore, des chakras, transcendentale, bouddhistes, soufistes, taoïstes, chrétienne …

J’en passe et des meilleurs !

 

Dans cet article, je vous propose une autre catégorisation pour y voir plus clair : celle adoptée par les neurosciences modernes qui, depuis ces dernières années, étudient les effets des méditations sur le cerveau des pratiquants ; celle qui se pratique avec la « méditation de pleine conscience » :

  • la méditation d’attention focalisée,
  • la méditation d’attention ouverte,
  • la méditation de présence altruiste et compatissante.

La méditation d'attention focalisée

Ce type de méditation consiste à porter son attention sur un objet unique pendant la totalité de la session de méditation, cet objet pouvant être la respiration, le corps … voire un objet, un mantra, etc.

Et chaque fois que l’attention s’éloigne de l’objet, parce qu’attirée par une pensée, un sentiment, une tension, l’intention est, lorsque l’on prend conscience du vagabondage mental, de lâcher-prise dudit vagabondage et de reporter l’attention sur l’objet choisi.

 

Au fur et à mesure de notre entrainement, de notre progression, notre capacité à laisser son attention sur l’objet choisi devient plus « naturelle » et nous devenons de moins en moins distrait, durant des périodes plus en plus longues.

 

Ce type de méditation est donc un très bon entraînement de l’attention et développe nos capacités de concentration.

Elle permet la stabilisation de l'esprit, le calme mental, par la redirection systématique de l’attention et donc le lâcher-prise des ruminations et/ou du vagabondage mental.

La méditation d'attention ouverte

Dans ce type de méditation, le pratiquant garde son attention ouverte à tous les aspects de l’expérience, sans jugement ou attachement. Le méditant demeure attentif à ses ressentis, sans se concentrer sur quelque chose en particulier.

Toutes les perceptions, qu’elles soient internes (pensées, émotions, jugements, souvenirs, etc…) ou externes (sons, odeurs, etc…), sont identifiées et considérées comme ce qu’elles sont : des phénomènes qui vont et qui viennent pour peu qu’on ne s’y attache pas !

 

Ce type de méditation cultive une conscience plus neutre des émotions, des pensées et des sensations, une certaine capacité à la non-réactivité au contenu de l’expérience.

La méditation de présence altruiste et compatissante

Ce type de méditation consiste à faire émerger et entrainer les qualités d’empathie, de compassion et de bienveillance, naturellement présentes chez les êtres humains.

 

Je reviens quelques instants sur ces trois notions :

  • la bienveillance représente une attitude qui consiste à souhaiter le meilleur (comme la sécurité, la santé et le bonheur …) à soi, aux autres,
  • l’empathie est la capacité de se représenter le point de vue (composante cognitive) et le ressenti (composante émotionnelle) d’une autre personne,
  • la compassion contient, en plus de la bienveillance et de l’empathie, une motivation à vouloir soulager la souffrance, que ce soit pour soi (auto-compassion) ou pour les autres. On peut ainsi dire que, la compassion prolonge l’attitude bienveillante et la relation empathique.

La pratique de ce type de méditation repose en général sur une la présence attentive, bienveillante et compassionnelle, à soi, à ses proches, à toutes les personnes qui souffrent, même aux personnes qui nous sont hostiles, et enfin à tous les êtres sensibles.

Elle nous permet de contacter et cultiver nos capacités de bienveillance, d’amitié, de gentillesse, d’émotions positives … pour soi et pour les autres … quel que soit le nom que l’on souhaite leur donner.

Et la méditation de bienveillance dans tout ça ?

La pleine conscience (« mindfuness » en anglais) est l’état de présence qui se manifeste lorsque l'on porte attention intentionnellement à son expérience interne et externe, telle qu’elle se déploie dans l’instant présent et de manière bienveillante.

 

La pleine conscience est donc un « état », une attitude.

 

La méditation de pleine conscience est un entrainement à cet état, un entrainement à la pleine présence. A partir des années 1980, elle est devenue une pratique à part entière, laïcisée et adaptée au monde occidental contemporain.

Elle repose sur des entraînements d’attention focalisée (attention au souffle, au corps, aux sons …), d’attention ouverte (conscience sans choix) et de présence bienveillante.

 

L’état de pleine conscience est une modalité de fonctionnement mental qui peut survenir spontanément chez tout être humain. On le voit surtout chez les jeunes enfants. Malheureusement, au fur et à mesure que l’on grandit, on a de plus en plus tendance à être en « pleine absence » : absorbé par nos pensées, nos ruminations, nos émotions … et maintenant par nos écrans !

Mais bonne nouvelle : on peut ré-entraîner cette capacité naturelle en pratiquant la méditation et nous re-connecter à nos ressources.

 

Si vous souhaitez évaluer votre « niveau » de pleine conscience du moment, vous pouvez recourir à des tests qui ont été élaborés pour ce faire par des chercheurs et des scientifiques. Pour en savoir plus sur ces tests/questionnaires et les moyens d’y accéder, je vous renvoie à un article précédent « Testez votre capacité à la pleine conscience ! ».