On ne peut pas rater une méditation (ni la réussir, d'ailleurs) ...

Impossible de rater ou réussir une méditation

 

Très souvent, les personnes que j'accompagne et/ou qui commencent à méditer me disent : "je n'ai pas réussi la méditation", "je n'y arrive pas".

Souvent, elles considèrent qu'avoir eu des pensées de manière répété.e durant la méditation, avoir ressenti de l'impatience ou de l'agitation, sont des signes d'échecs de leur méditation.

 

S'en suit alors une explication pas toujours simple, qui est celle de faire comprendre qu'il n'y a rien à réussir en méditation, pas d'objectif à atteindre ... et que par conséquent, une méditation n'est jamais ni réussie, ni ratée !

 

Explications

La méditation de pleine conscience consiste à prendre un temps de lenteur ou d'immobilité pour :

  • s'entrainer
  • à être présent.e à toute son expérience
  • au moment où elle se déroule
  • avec curiosité.

Pour toutes ces raisons, il n'y a pas d'objectif à atteindre en méditation et donc rien à réussir ou à rater.

 

S'entrainer ...

La méditation de pleine conscience est un entrainement de l'attention :

entrainement de l'attention à être "dans le moment présent", plutôt que dans le passé, le futur ou dans des scénarios imaginaires, comme nous pouvons avoir tendance à le faire.

Le Larousse donne la définition suivante de l'entrainement : "Préparation régulière et méthodique à un exercice physique ou intellectuel".

Et comme il n'y a pas de compétition en méditation, on est sans arrêt dans la préparation.

On peut aussi parler de pratique de la méditation.

 

... à être présent.e à toute son expérience ...

Cela veut dire qu'en méditation de pleine conscience on porte notre attention à tout ce qui se passe :

  • autour de nous : les sons, les odeurs, les sensations de toucher ...
  • et en nous : les pensées, les émotions, les sensations dans le corps ...

A aucun moment il s'agit de modifier cette expérience et de vouloir que les choses soient autrement.

Ainsi, si des pensées surviennent, elles surviennent, si elles surviennent souvent, elles surviennent souvent. Il s'agit juste de ne pas les suivre, de ne pas tomber dans l'histoire qu'elles racontent, pour continuer d'être présent.e à notre expérience du moment présent et non pas être happé.e par notre mental, du virtuel.

 

... au moment où elle se déroule ...

Notre expérience est sans arrêt mouvante et se déploie moment après moment.

En méditation, on s'entraine à y être présent.e de manière continue et à ne pas faire "d'arrêt sur image" sur une pensée ou à se laisser emporter par elle, à ne pas se rétracter sur un jugement ou de rester "coincé.e" dans un scénario mental.

Tout comme on regarderait l'eau d'une rivière s'écouler, on observe notre expérience, quel que soit les éléments qui la composent : pensées, sensations, envies ...

 

... avec curiosité

En méditation, il ne s'agit pas d'être attenti.f.ve à notre expérience pour la juger, la commenter, mais pour en prendre conscience tout simplement, et ne pas laisser passer la vie entre nos doigts sans nous en apercevoir.

Sans cette curiosité, notre attention peut très vite être happée par nos productions mentales. La curiosité nous aide à soutenir notre attention et à la stabiliser sur ce qui se déroule en nous et autour de nous, moment après moment.

La curiosité nous permet également d'accueillir notre expérience, en nous disant "c'est comme ça" et non "ça ne devrait pas être comme ça" ou "ça devrait être autrement".

 

Pour toutes ces raisons, il n’y a donc pas de méditation réussie ou ratée : il y a des méditations où nous prenons conscience que notre mental est agité et des méditations où nous prenons conscience que notre mental peut se calmer.

Cela dépend de notre journée, des événements ayant lieu dans notre vie selon les moments où l'on pratique …

 

Parce que c'est en cultivant cette qualité de présence qu'on peut avoir conscience de tout ce qui se passe en nous et autour de nous, sans rien repousser, sans rien ignorer, et ainsi être en capacité d'agir avec plus de discernement et donc d'apaisement.

 

Si cet article vous a intéressé.e, inscrivez vous à la newsletter pour en recevoir d'autres régulièrement et ainsi améliorer votre compréhension et/ou pratique de la méditation de pleine conscience.

Écrire commentaire

Commentaires: 0