Mon astuce de méditante en cas d'insomnie

Astuce méditation insomnie pour dormir

 

Depuis aussi longtemps que je m’en souvienne, je n’ai jamais été une grande (bonne) dormeuse.

J’ai régulièrement connu les insomnies et autres réveils nocturnes.

J’ai beaucoup lu sur les sujets.

J’ai investigué et testé des tas, des tonnes, de méthodes, astuces, compléments alimentaires …

J’ai passé un test du sommeil ou polysomnographie qui permet d'étudier la physiologie du sommeil avec des boitiers et des capteurs sur le corps, la tête … (de quoi passer une nuit encore plus hachée que d’habitude !).

 

Et puis j’ai découvert la méditation sur ce chemin de quête d’un meilleur sommeiL

 

Je ne dis pas que depuis que je médite, je dors comme un bébé MAIS, beaucoup de choses se sont améliorées.

Et il y a particulièrement une astuce qui m’a été, et continue de m’être, très utile : celle de ne pas avoir d’écran affichant l’heure à côté de soi.

Voilà pourquoi !

 

Tout d’abord pourquoi la méditation améliore le sommeil de manière générale ?

Beaucoup d’études l’ont prouvé : la méditation régulière améliore de sommeil et diminue les insomnies, qu’elles soient dues à des difficultés d’endormissement ou des réveils nocturnes de longue durée.

 

Parce qu’en méditant, on apprend à comprendre comment fonctionne notre esprit, à se rendre compte qu’il produit sans arrêt des pensées qu’on n'a pas forcément besoin de suivre. En méditation, on s’entraine à lâcher prise de nos pensées inutiles et parasites.

 

Et c’est cet entrainement qui va ensuite être utile la nuit : quand on s’aperçoit qu’on n’arrive pas à dormir ou à se réendormir parce qu’on a des pensées qui tournent en boucle, des préoccupations en tout genre (ça, c’est ma spécialité !) et bien on n’est capable de ne pas se laisser embarquer par cette activité mentale et de reporter notre attention de manière durable sur quelque chose d’apaisant, comme la respiration ou les sensations du corps allongé ou bien de décider de se lever pour noter cette idée qu’on ne souhaite pas oublier pour qu'elle ne revienne pas sans arrêt nous tourmenter.

 

En quoi ne pas voir l'heure peut être utile en cas d'insomnie ?

Quel rapport entre la méditation et l’affichage de l’heure ?

 

Souvenez-vous de la dernière fois où vous avez eu du mal à vous endormir et à vous réendormir et que vous avez regardé votre réveil, votre téléphone pour savoir l’heure qu’il était …

Il y a de grandes chances à ce que vous vous soyez dit : “plus que X heures avant de devoir me lever”.

Et que c’est-il alors passé ? Vous vous êtes certainement inquiété.e (je vais être fatigué.e quand il va falloir se lever, je ne vais pas pouvoir assurer cette réunion … ) ou énervé.e (j’en ai assez de ne pas dormir, de me tourner et me retourner, et pourquoi je ne dors pas … encore plus quand vous avez un.e partenaire à côté qui dort sans souci !).

 

Est ce que ces pensées, ces inquiétudes ou énervements ont amélioré la situation ? Pas sure …

 

Posez-vous alors sincèrement ces deux questions (c’est là que ça devient intéressant !) :

  • qu’est ce que vous apporte le fait de savoir combien d’heures vous sépare de votre lever ?

Certainement de l’inquiétude, de l’anticipation négative comme on vient de le voir ;

  • qu’est ce que vous apporterait le fait de ne pas avoir cette information ?

Y aurait-il une forme d’angoisse à ne pas savoir ? Cela changerait-il quelque chose au fait qu’il reste X heures avant d’avoir à vous lever ?

Comment rentrez-vous en relation avec le fait de ne savoir combien d'heures vous avez encore devant vous ?

 

C’est ce que l’on apprend avec la méditation : à voir comment notre mental crée des scénarios catastrophes qui nous submergent et à en prendre conscience. Et c’est dans cette prise de conscience qu’on a alors la possibilité de se demander “est ce que cette pensée catastrophe m’est utile dans la situation qui est là” ?

Si oui, alors suivez-là !

Si non, lâchez en prise et faites autrement.

 

Cette astuce ne veux pas dire qu’il va falloir vous réveiller sans alarme, juste que vous posiez votre réveil ou smartphone face contre la table de nuit ou dans le tiroir de la table de nuit, et que vous ne vous en saisissiez que pour désactiver l'alarme lorsque c’est votre heure de lever.

 

Personnellement ...

Personnellement, je considère que le fait de savoir qu’il ne me reste par exemple que 2 heures avant que le réveil sonne, n’est susceptible de générer rien d’autre  pour moi que de l’inquiétude. Et que cette inquiétude ne me permettra pas de me réendormir.

 

Alors je choisis de ne pas savoir, ce qui ne changera en rien le temps qu’il reste réellement.

Je me dis : qu’il me reste 4h ou 30 minutes, la seule chose qui m’est utile est de rester tranquillement allongée (à rêvasser, à suivre ma respiration … ) et si le sommeil vient ou revient ce sera toujours ça de pris, 4h ou 30 minutes, parce que sur ce temps là, je n’ai pas de prise.

 

Alors, prêt.e à essayer ?

 

Si cet article vous a intéressé.e, inscrivez-vous à la newsletter Re-Connect pour en recevoir d'autres,

ainsi que de nombreuses informations pour vivre en pleine conscience  !

Newsletter méditation de pleine conscience

Écrire commentaire

Commentaires: 0