5 idées reçues sur la méditation

Méditation pleine conscience idée reçue faire le vide ne plus penser moment présent

 

Quand on ne pratique pas ou que l’on ne connait pas la méditation, on se fait beaucoup d’idées à son propos. De plus, les médias véhiculent des images souvent erronées à propos de la méditation.

La méditation est beaucoup plus simple que ce que l’on pourrait penser a priori : c’est avant tout un exercice d’attention durant lequel on s'entraine à être présent.e à un ou plusieurs éléments de son expérience du moment présent, et non plus happé.e par les productions de son mental ou ses émotions.

Cet entrainement permet ensuite, au quotidien, d'être moins embarqué.e par les stress, les pensées anxieuses et les émotions fortes.

 

Alors quels sont ces mythes, idées reçues et autres conceptions erronées à propos de la méditation que l’on rencontre souvent ?

  • Mythe n° 1 : méditer, c'est ne penser à rien, se vider l’esprit
  • Mythe n° 2 : certaines personnes n’arrivent pas à méditer
  • Mythe n° 3 : la méditation peut se pratiquer de temps en temps
  • Mythe n° 4 : la méditation se pratique assis.e sur un coussin
  • Mythe n° 5 : méditer, c’est réfléchir profondément.

Toutes ces affirmations sont erronées et une fois que l’on a compris pourquoi, la méditation devient plus facile, simple et accessible.

 

Mythe n° 1 : méditer, c’est ne penser à rien, se vider l'esprit

Comme je l’explique très régulièrement, ne plus avoir de pensée ou se vider l'esprit est impossible, tant qu'on est en vie !

Même quand on dort, même quand on médite, on produit des pensées, qu'on le veuille ou non !

 

En revanche, méditer c'est ne pas se laisser entrainer par ses pensées quand elles surgissent. C’est là le cœur de la pratique.

 

Ainsi, la pratique de la méditation consiste à porter son attention sur un objet, sur des sensations, sur un mantra ou sur son expérience du moment présent sans se rétracter sur les pensées qui surgissent immanquablement, sans tomber dans l’histoire qu’elles racontent.

 

Finalement méditer c'est s'entrainer, non pas à ne plus avoir de pensée, mais  à ne plus les suivre comme on a tendance à le faire sans nous en rendre compte tout au long de nos journées !

 

Mythe n° 2 : certaines personnes n’arrivent pas à méditer

En d’autres termes, selon cette idée (reçue) soit on serait bon en méditation, soit on ne le serait pas.

 

Régulièrement des personnes me disent qu’ils « n’arrivent pas méditer », qu’elles ont essayé mais que « ça ne marche pas ».

C’est souvent parce qu'elles pensent que la méditation signifie que l’on doit s’asseoir sans réfléchir pendant un certain laps de temps. Et avoir cette attente, génère facilement un sentiment d’échec.

 

Or, comme dit plus haut, la véritable habileté en matière de méditation est de rester attenti.f.ve à ce à quoi on a décidé d’être attenti.f.ve sans se laisser embarqué.e par les pensées, les émotions et autres stimuli, la pratique consistant à prendre conscience de toutes les fois où nous avons été embarqué.e pour revenir à notre objet d’attention.

 

Certains jours beaucoup de stimuli nous sollicitent et nous devons faire de nombreux allers et retours entre ces stimuli et notre objet d’attention. Tous ces mouvements d’allers et retours font partie de la pratique. Ils font tout autant partie de la méditation que les périodes où l’on arrive à stabiliser notre attention pendant un laps de temps plus ou moins long sur l’objet d’attention que l’on a choisi.

 

Il n’y a donc pas de méditation ratée ou de méditation réussie : il y a justes des méditations durant lesquelles nous faisons plus ou moins d’allers et retours entre un objet d’attention et des distractions mentales.

 

Et plus on pratique, plus on repère rapidement notre vagabondage mental. Au fur et à mesure, il nous emmène alors moins loin et moins longtemps.

 

Mythe n° 3 : la méditation peut se pratiquer de temps en temps

Faire de la méditation une habitude est vraiment essentiel pour en voir les avantages. La méditation n’est pas un outil que l’on sort quand on en a besoin et que l’on oublie ensuite.

C’est une pratique qui modifie notre façon de rentrer en relation avec les évènements de la vie de manière profonde et durable, à partir du moment où l’on y consacre du temps régulièrement. On devient alors plus calme, plus concentré.e et capable de se détacher de ses pensées et de ses sentiments au fur et à mesure.

 

Certaines études scientifiques montrent que dix minutes de méditation par jour procurent déjà bénéfices.

Il vaut donc mieux méditer 10 minutes chaque jour plutôt que de méditer une heure d’affilé le dimanche !

Mythe n° 4 : la méditation se pratique assis.e sur un coussin

Beaucoup de gens pensent que la méditation se fait en étant assis.e en tailleur, sur un coussin, en fermant les yeux.

Et pourtant, il existe aussi de nombreuses façons de méditer notamment en mouvements.

 

Ainsi, on peut méditer en marchant. Pour ce faire, il suffit de marcher lentement et confortablement tout en portant son attention aux sensations ressenties dans les différentes parties de son corps, sur la respiration, sur ce que l’on peut voir, entendre, sentir autour de nous.

Pour en savoir plus sur la marche méditative, je vous renvoie aux articles que j'ai déjà écrits sur le sujet :

 

On peut également méditer en mouvements en effectuant des mouvement lents, des étirements doux, pour être présent.e.s à tout ce qui peut être ressenti dans le corps lorsqu'il est en action.

Certains types de yoga et qi qong sont d'ailleurs une forme de méditation en mouvements.

 

De même, beaucoup de gens discutent de la possibilité de passer à l’état de flux ou de "flow" en faisant du sport.

J'aurais tendance à dire que tant que l'on se concentre sur l'expérience du moment présent, on est dans une forme de méditation.

 

Ainsi, bien que les méditations assises aient beaucoup de valeur, pratiquer d’autres types de méditation peut être très enrichissant.

 

Mythe n° 5 : méditer, c'est réfléchir profondément

C'est vrai qu'en terme de définition dans la langue française, méditer veut dire réfléchir longuement et profondément.

Au contraire, la pratique de la méditation de pleine conscience consiste à ne pas "rentrer "dans nos pensées mais à en prendre du recul ; à ne pas se laisser embarquer par elles mais à les laisser aller et venir librement.

 

Quand on pratique la méditation, on ne cherche pas à résoudre un problème, on cherche à être présent.e à toute notre expérience, à prendre du recul par rapport à notre brouhaha mental, notre tension intellectuelle.

Et bien souvent, en faisant cela, on peut voir plus clair et trouver la solution qui va nous permettre d'avancer sur un problème.

C'est un peu si en méditant on laissait la boue dans l'eau d'un verre se déposer pour permettre à l'eau de redevenir clair et transparente ...

 

 

 

Si cet article vous a intéressé.e, inscrivez vous à la newsletter pour en recevoir d'autres régulièrement et ainsi améliorer votre compréhension et/ou pratique de la méditation de pleine conscience.