· 

En quoi la pleine conscience développe notre intelligence émotionnelle ?

 

On se réfère souvent à la méditation de pleine conscience comme une pratique d'apaisement, de réduction du stress et de l'anxiété.

Mais elle est également une pratique d'intelligence émotionnelle.

En effet, en méditant on s'entraine à  être pleinement présent.e à notre expérience ; au fur et à mesure on devient plus sensible à ce qui se passe en nous, à nos pensées, à nos états d'âme, à nos émotion et  nous pouvons alors mieux y réagir lorsqu'elles apparaissent. 

Ce faisant, nous développons aussi notre sensibilité aux émotions des autres nous permettant de nous adapter de manière intelligente et appropriée.

 

Je vous explique tout ça dans ce post.

 

Quelques mots sur les émotions et leur rôle

Les émotions sont comme des moteurs (de l’étymologie latine “mouvoir”) qui nous poussent à agir en réponse à une situation.

Elles nous permettent d’interagir avec nos différents environnements :

  • externe (ce que nous percevons autour de nous)
  • ou interne (ce que nous percevons en nous). 

Nous pouvons ainsi avoir des émotions en réaction à quelque chose qui arrive de l’extérieur - le ravissement à la vue d’un coucher de soleil - ou à une pensée, un ressenti interne - l’inquiétude au ressenti d’une douleur physique.

 

 

C’est notre organisme qui déclenche spontanément une émotion à partir de ce que nous percevons et ressentons. Notre cerveau interprète ensuite consciemment la situation et choisit si cette émotion est adequat ou non.

 

Selon les informations perçues, les émotions nous préparent à l’action et orientent notre processus de décision en se manifestant aussi bien dans notre corps que dans notre esprit.

Ainsi la peur nous annonce la présence d'une situation dangereuse et mobilise notre corps et ses ressources pour se préparer à la fuite.

La joie nous indique que la situation est agréable et qu'il est intéressant de la renouveler pour notre bien être.

La tristesse apparait lorsque nous devons faire face à un perte et nous permet de faire notre deuil.

 

 

Il n’y a ainsi pas de bonnes ou mauvaises émotions. Il y a des émotions qui sont ressenties comme agréables, comme la joie, la fierté, le contentement, ou désagréables comme la terreur, la mélancolie, la honte.

 

 

 

L'intelligence émotionnelle, c'est quoi ?

La notion d’”intelligence émotionnelle” (qui s’oppose à l'intelligence rationnelle, cognitive) a été popularisée par Daniel Goleman grâce à son livre éponyme paru en 1995.

 

Selon la définition qu'il en donne et maintenant communément admise, l'intelligence émotionnelle est la capacité de reconnaître, comprendre et gérer ses propres émotions et de composer avec les émotions des autres. En cela, elle permet aux individus d’interagir efficacement avec les membres du groupe et avec le monde environnant.

 

Toujours selon Daniel Goleman, l’intelligence émotionnelle se structure autour cinq composantes :

 

1. La conscience de soi

Il s’agit de la capacité à comprendre ce que nous ressentons, nos émotions et nos moteurs internes, ainsi que leur effet sur les autres.

La conscience de soi dépend de notre capacité à être attenti.f.ve à notre état émotionnel et à identifier et nommer correctement nos émotions.

 

2. L’autorégulation (ou maîtrise de soi)

C’est la capacité à contrôler ou à suspendre notre réactivité immédiate, nos jugements, pour ne plus être dans des conduites hâtives dont les conséquences sont inadaptées ou néfastes.

L’autorégulation nous donne la possibilité de réfléchir (même une fraction de seconde) avant d’agir et non plus de réagir de manière automatique.

 

3. La motivation interne

Cette motivation interne ou personnelle est celle qui nous donne l’énergie d’avancer pour atteindre nos objectifs avec persévérance et ténacité malgré les obstacles.

C’est celle qui nous donne une vision globale de ce qui est important pour nous (nos valeurs), dans notre vie, une tendance à poursuivre notre chemin avec enthousiasme et persistance.

 

4. L’empathie

L’empathie est la capacité de comprendre la vie émotionnelle des autres en captant leurs sentiments et leurs préoccupations, sans jugement de valeur. Elle implique l’intérêt dans les émotions des autres et la capacité à sentir ce qu’ils ressentent.

L’empathie nous donne ainsi une habileté à traiter les personnes en fonction de leurs réactions émotionnelles, en les comprenant et en s’adaptant.

 

5. La sociabilité ou gestion des relations humaines

La sociabilité a pour objectif de tisser et entretenir de bonnes relations humaines et de les faire perdurer . Cette dernière composante nous permet de bâtir des relations sociales solides et de confiance, de dialoguer et communiquer en confiance et soutenir les autres dans leur développement.

 

Et la pleine conscience dans tout ça ?

La pleine conscience étant une pratique consistant à porter notre attention intentionnellement à ce qui se passe en nous et autour de nous, sans jugement, au moment où ça se passe, permet d'être plus présent.e.s à nous même et aux autres.

Elle nous permet ainsi d'identifier et comprendre nos émotions, celles des autres, et nous développe notre capacité de discernement pour s'adapter aux différentes situations.

 

Finalement, dans l'intelligence émotionnelle, tout est question d'attention - attention à ce qui se passe en soi, attention à ce qui se passe chez les autres - et de prise de recul pour répondre avec discernement et non réagir de manière automatique.

 

C'est tout à fait ce que l'on entraine en pratiquant la méditation de pleine conscience :

  • entrainement à porter notre attention à tous les signaux (même faibles) envoyés par notre corps, et donc à détecter rapidement la naissance ou la présence d'une émotion,
  • entrainement à porter notre attention à nos pensées, à nos jugements pour ne pas se laisser embarquer par eux, ne pas forcément "les croire",
  • entrainement à accueillir les choses telles qu'elles arrivent plutôt que de toujours vouloir les changer ... en tout cas pas tout de suite,
  • entrainement à lâcher prise de ce qui ne nous sert pas pour n'agir que pour ce qui compte vraiment (pour nous, les autres, notre relation aux autres).

Ce faisant, nous développons chacune des composantes de l'intelligence émotionnelle : la conscience de ses émotions et la perception de celles des autres, leur gestion pour notre intérêt et au service de la relation.

 

 

Si cet article vous a intéressé.e, inscrivez vous à la newsletter pour en recevoir d'autres régulièrement et ainsi améliorer votre compréhension et/ou pratique de la méditation de pleine conscience.

Écrire commentaire

Commentaires: 0