Méditation de la pluie ou pause-méditation R.A.I.N.

méditation guidée RAIN pour le stress l'anxiété la bienveillance la compassion

 

La pause-méditation "RAIN" est une méditation à laquelle recourir quand on se sent désabilisé.e, anxieu.x.se, envahi.e par des émotions dont on sent qu'elles pourraient nous déborder.

 

Cette méditation est apparue aux Etats Unis où elle est principalement enseignée.

Elle consiste à faire une pause lorsque l'engrenage des émotions envahissantes se met en marche, avant d'être submergé.e. par le stress ou l'angoisse et on procède en suivant les lettres de l'acronyme R.A.I.N. (pluie … en anglais !) pour servir de guide à la méditation.

 

  • R pour Reconnaître

Avant toute chose, on arrête ce qu'on est entrain de faire, on s'immobilise et on commence par *R*econnaître toute l'expérience désagréable qu'on est entrain de vivre. Parce que vouloir l'ignorer ou la fuire n'est pas la solution.

On peut ainsi nommer mentalement (ou à haute voix si on en a la possibilité) ce que l'on ressent : "je ressens de la peur, de la colère, de l'inquiétude ..."

On prend le temps de reconnaitre ce qui nous arrive plutôt que de continuer à foncer tête baissée.

 

  • A pour Admettre 

Une fois qu'on a reconnu que ce que l'on ressentait c'était de la peur/de la colère/de l'anxiété ... on *A*dmet, on accepte que ces émotions soient là parce qu'on est des êtres humains qui ressentons des émotions. Alors inutiles de le nier ou de vouloir les repousser parce qu'elles sont déjà là.

On peut se dire : "ah oui, c'est là" !

 

  •  I pour Investiguer

Ensuite, on *I*nvestigue :

- comment est ce que ces émotions sont ressenties dans les corps,

- quelles sont les pensées qui les accompagnent ... ?

C'est un moyen d'être présent.e à ce que l'on vit sans pour autant se laisser embarquer par la mécanique (peut être infernale !) qui s'est mise en route.

 

  • N pour Non-identification ou Nourrir

Dans la première version de la méditation RAIN, le N correspond à la *N*on-identification avec les émotions et pensées que l'on vient d'identifier aux étapes précédentes : lorsque l'on devient conscient.e des pensées, des états d'âme, on peut les mettre à distance et se faisant, considérer qu'ils ne nous définissent pas ; qu'ils ne sont que des phénomènes passagers.

En prenant du recul, on ne fait plus corps avec tous ses phénomènes. Nous ne sommes pas la peur, nous expérimentons la peur ...

 

Aujourd'hui, cette méditation est guidée avec le N pour Nurture ou *N*ourrir au sens de "prendre soin".

A ce stade de la méditation, on se demande qu'est ce qui nous *N*ourrirait, là maintenant. Ça peut être un geste apaisant, des phrases réconfortantes ou  la décision de prendre une pause ou d'aller marcher, de prendre un thé ... Quoique ce soit qui nous fasse du bien pour prendre soin de nous alors que nous vivons une expérience difficile.

 

Cette pause-méditation peut durer entre 1 et 15 minutes, selon le temps qu'on a et qu'on souhaite s'accorder.

 

Elle rencontre de plus en plus de succès aux Etats-Unis, dans la lignée des études qui sont faites sur les bienfaits de la bienveillance et de la compassion pour soi-même.

 

Si l'expérimenter vous tente, voici un lien vers cette méditation que j'ai guidée lors d'une méditation matinale et que j'ai enregistrée.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0