Manger en pleine conscience

 

Un des premiers exercices de pleine conscience que l’on est amené à faire quand on commence une formation MBSR ou MBCT*, est celui du grain de raisin ou du raisin sec !

 

On prend un raisin sec, on le considère comme un objet que l’on n’aurait jamais vu et on le regarde, on l’écoute (si, si … un raisin sec peut émettre des bruits !), on le sent, on le met dans la bouche, on le mord, on le mâche et on l’avale … Tout ça en une dizaine de minutes. Et oui : on met 10 minutes à manger un seul raisin sec …

 

L’intention de cet exercice ? Découvrir ce que manger en pleine conscience peut nous apporter …

 

Souvent nous avalons notre nourriture, le nez collé à notre Smartphone, vite fait à la cantine, ou grignotons machinalement devant la dernière saison de « Game of Thrones/House of Cards/… (la série de votre choix !) », sans penser véritablement à ce que nous sommes en train de faire. Notre corps fait quelque chose, notre esprit en fait une autre !

Nous pouvons également manger pour nous réconforter …

 

Pour retrouver le plaisir de manger et éviter les automatismes qui nous mènent à la malbouffe ou au surpoids, il faut réapprendre à intentionnellement porter notre attention à l’acte de manger, comme nous le faisons à d’autres activités du quotidien quand nous nous entrainons à la pleine conscience (comme se laver les dents, passer l’aspirateur, aller jusqu’à l’arrêt de bus ou de métro …).

 

« Christophe André et le chef Thierry Marx le savent : rien de tel que la méditation pour déstresser et se connecter avec ses papilles ».

 

L’exercice de manger en pleine conscience, permet de ralentir et porter notre attention à ce que nous faisons, à ce que nous mangeons, à ce pourquoi nous mangeons.

 

Concrètement, comment faire pour manger en pleine conscience ?

Avant même manger

Il s’agit d’être à l’écoute de son corps, afin de détecter les signaux de faim, d’identifier les émotions qui nous habitent au moment où nous avons envie de manger :

sommes-nous fatigué, stressé, énervé ? Quelle est l’émotion qui prend le dessus quand vient l’envie de manger ?

 

Face une envie qui ressemblent à de la faim, on peut se demander si c’est une manifestation du corps qui a besoin d’énergie pour continuer ses activités, une envie de grignoter pour se réconforter, une envie de manger tout simplement « parce que c’est l’heure » … ?

 

Le fait de se demander « Comment je me sens ici et maintenant », de se pencher sur notre « météo intérieure » peut nous faire prendre conscience de ce qui conditionne notre façon de nous nourrir.

A moment de se servir

Au moment de se servir, nous pouvons nous interroger sur la quantité de nourriture dont nous estimons avoir besoin pour parvenir à la satiété et ne se servir que cette quantité.

Remarquons peut être notre automatisme à se servir un peu plus, au cas où …

A table !

Plutôt que de manger en ruminant le passé, en nous inquiétant de ce qui est à venir, ou de préférer se distraire l’esprit en allumant la télé, le portable … pourquoi pas convoquer tous nos sens pour se rendre présent à notre repas ?

Observons d’abord la composition de notre assiette, les formes, les couleurs, les transparences, les brillances.

N’hésitons pas à mettre le nez au-dessus de notre assiette pour humer les odeurs des aliments qui la composent.

 

Et peut être remarquer que la salivation se met automatiquement marche. Ainsi notre corps commence le process de la digestion en sécrétant des enzymes provoquées par la vue, l’odorat et le toucher avant même toute ingestion.

 

Puis prendre le temps d’être attentif à la texture et aux saveurs des bouchées, de leur évolution au fur et à mesure que nous mastiquons. Mâcher une bonne quinzaine de fois et poser ses couverts entre chaque bouchée.

 

Si manger tout un repas en pleine conscience n’est pas possible parce que nous sommes en bonne compagnie par exemple, on peut tenter d’être attentif pendant, au moins, les trois premières bouchées de chaque plat.

 

Et puis nous nous arrêtons dès que nous nous sentons rassasié.

Il peut être utile de débarrasser notre assiette pour ne pas être tenté de se resservir.

Après le repas

Après le repas, on peut se demander si ce moment a été satisfaisant et/ou réconfortant.

Si oui, se réjouir d’être rassasié.

Et si non, se demander s’il nous manque de la nourriture ou autre chose.

 

On peut également avoir un moment de gratitude pour toutes les personnes qui sont intervenues pour que ce repas soit possible : l’agriculteur ou l’éleveur, le transporteur, le commerçant, le cuisinier … toutes ces personnes grâce à qui les aliments que nous avons ingurgités peuvent nous fournir de l’énergie et nourrir ainsi notre corps et notre esprit.

Et puis, peut être, petit à petit …

 En développant notre capacité à être pleinement conscient à notre vie et à nos repas, peut être pourrons nous petit à petit :

· accorder plus d’importance à la qualité des aliments dont nous nous nourrissons, à leur provenance, leur saisonnalité …

· privilégier les aliments sains et locaux, dont on sait que ceux qui les produisent en vivent correctement, et que leur transport pollue moins la planète …

 

et peut être ainsi, petit à petit, contribuons à changer le monde !

 

Au final, « Manger en pleine conscience, c’est ça : c’est écouter ses sensations, faire confiance à son corps, laisser parler son instinct et, de l’entrée au dessert, chasser les pensées parasites… Une recette simple comme un plat du jour, que le bon sens devrait tous nous inciter à suivre. »

 

 

* Les programmes MBSR et MBCT sont des programmes de réduction de stress ou des rechutes dépressives basée sur la pleine conscience.

"Mindfulness Base Stress Reduction" & "Mindfulness Based Cognitive Therapy"

Écrire commentaire

Commentaires: 0