· 

Méditer en mouvement

 

Il m'arrive régulièrement que l'on me demande "que faire si je n’arrive pas à méditer assis.e, immobile ?"

Ma réponse est alors "méditez en mouvement !".

 

Dans la méditation de pleine conscience, on cherche à entraîner son attention à être dans le moment présent, plutôt que perdu entre des pensées sur le futur, le passé et autres constructions mentales.

Pour que l’attention soit dans le moment présent, on la porte sur ce qui peut être perçu moment après moment en provenance de l’extérieur (sons, odeurs, paysages …) ou de l’intérieur (sensations corporelles, pensées, émotions …).

Cet entraînement, qu’est la méditation, peut donc tout à fait se faire autant durant des périodes d’immobilité que durant des périodes de mouvements.

Que sont les mouvements méditatifs ?

La méditation en mouvements est une période de lenteur durant laquelle on alterne des mouvements lents, des étirements doux, des pauses, en étant présents à toutes les sensations qui émergent, se modifient, disparaissent, moment après moment ... aussi bien lorsque les mouvements se déploient que lorsqu'ils s'arrêtent.

 

Il s'agit de sortir du notre mode "actions-réactions" dans lequel nous sommes si souvent, en ralentissant volontairement, pour permettre d'entrainer notre attention à être "en nous" plutôt qu'en dehors de nous.

Et comme dans la méditation immobile, on ne recherche pas d’objectif à réaliser. Il ne s'agit pas d'atteindre de la souplesse, une posture, un idéal physique ... Il s'agit juste de devenir attentif au corps et à ressentir tout ce qui peut être ressenti moment après moment lorsqu'il est en mouvements.

 

Ces mouvements doux permettent à ceux dont le mental s’agite particulièrement en cas d’immobilité d’avoir comme un ancrage dans le mouvement. Et de manière général, ils permettent de redévelopper une conscience corporelle qu'on peut avoir perdue à force d'être "dans notre tête".

 

Pour certains, les mouvements sont préférables à l'immobilité

Certains méditants éprouvent de réelles difficultés à rester immobiles du fait de douleurs chroniques ou conditions physiques (syndrome des jambes impatientes …). Les mouvements en pleine conscience sont donc tout naturellement indiqués pour permettre à ces personnes de pratiquer la méditation.

 

D’autres préfèrent tout simplement être en mouvement lorsqu’ils méditent, l’immobilité pouvant particulièrement favoriser chez eux le vagabondage mental intense, l’intrusion de pensées négatives voire la réminiscence de souvenirs traumatiques.

En général, les mouvements favorisent la reconnexion au corps

Beaucoup d’entre nous sommes déconnecté.e.s de notre corps.

A force de vivre dans notre mental, à force de sédentarité, à force de connexion sur nos outils digitaux, nous avons tendance à considérer que nous sommes un cerveau sur un corps dont on exige qu’il nous transporte d’un endroit à un autre sans broncher !

 

Or, nous sommes un, de la tête au pieds, et notre corps (dans son entier) est notre instrument de présence au monde ... comme je me plais à le dire et à le re-dire à qui veut bien l’entendre !

C’est grâce à lui que nous percevons ce qui se passe en nous et autour de nous, moment après moment, et qui est donc notre boussole pour naviguer au quotidien

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle on parle de la méditation comme une pratique de reconnexion du corps et de l’esprit.

 

Encore faut-il ressentir ce corps, avoir conscience de ce qui s’y passe et de ce qu’il ressent. Et pour tous ceux qui ont du mal à ressentir ce corps dont ils se sont déconnectés, faire des mouvements en pleine conscience est très utile.

 

En effet, en s’étirant, en faisant travailler les muscles, on active toute une série de terminaisons nerveuses qui permettent alors une meilleure sensation dans ses différentes parties du corps que l’on active. La prise de conscience peut alors se faire plus facilement.

Quand on bouge les jambes, on arrive à mieux percevoir la présence des articulations, des os, on arrive à mieux ressentir les muscles …

 

La méditation en mouvements permet de prendre soin de soi et de ses limites

Puisqu’en méditation, quelle qu’elle soit, on ne cherche pas l’atteinte d’un objectif ou la réalisation d’une performance, la méditation en mouvements est en entraînement à juste être présent aux sensations du corps lorsqu’il bouge.

On ne cherche pas à atteindre une posture, une forme, ou à dépasser ses limites, comme dans les activités sportives.

 

En soi, c’est souvent un vrai soulagement que de pouvoir consacrer un temps à soi juste pour être présent à soi sans rien vouloir d’autre, nous qui sommes souvent dans la projection d’un but à atteindre, qu’il soit physique (avoir une certaine silhouette, une certaine souplesse), matériel ou autre.

 

Du coup, en ne recherchant rien de particulier, on est plus à même de s’écouter, de se respecter et donc de ne pas aller au delà de nos limites. 

En faisant cela, on prend soin de soi et on renoue plus volontiers avec le mouvement, avec une sorte d’activité physique, alors qu’on n’avait pas envie ou la capacité de “faire du sport”.

Beaucoup des participants aux programmes d'apprentissages de la méditation comportant de la méditation en mouvements (comme le programme MBSR) témoignent du bien être corporel qu'apporte également cette pratique alors qu'ils n'avaient pas ou plus d'activité sportive, pour manque de temps ou de motivation ou du fait de blessures/d'incapacité physiques.

 

La méditation en mouvements permet de prendre soin de ses limites, de "faire avec" et non plus faire "au-delà" ou "à l'encontre". Un vrai apprentissage aussi bien au plan physique que mental !

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Luc (mercredi, 07 avril 2021 14:48)

    Bonjour